France : La Camerounaise Aïssa Doumara lauréate du prix Simone-Veil pour l’égalité hommes-femmes

France : La Camerounaise Aïssa Doumara lauréate du prix Simone-Veil pour l’égalité hommes-femmes

C’est le chef de l’état Français, Emmanuel Macron qui a remis ce vendredi 8 Mars le tout premier prix Simone-Veil à la Camerounaise Aissa Doumara Ngatansou, pour l’égalité femmes-hommes.

Ce prix a été créé en hommage à Simone Veil qui, en 1975, a défendu en tant que ministre de la Santé la loi sur la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en France.

Il est dédié à toutes les femmes victimes de violences.

Aissa Doumara Ngatansou a été doté de 100.000 Euro pour ce prix, en présence des membres de la famille de l’ancienne ministre française venus assister à cette cérémonie.

Dans un discours prononcé à l’Élysée devant un grand portrait en noir et blanc de Simone Veil, Aissa Doumara Ngatansou a indiqué avoir accueilli ce prix « avec beaucoup d’émotion » 

Elle l’a dédié à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, mais  aussi à toutes les rescapées de Boko Haram.

Née en 1972 dans le nord du Cameroun, Aissa Doumara Ngatansou a perdu sa mère à l’âge de 11 ans, avant d’être mariée à 15 ans sans son consentement. Elle décide toutefois de poursuivre ses études. Et en 1996, elle cofonde une section de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) dans la ville de Maroua, dont elle est aujourd’hui la coordonnatrice.

Son association vient en aide chaque année à plus d’un millier de femmes, dans le but de les aider à « retrouver le goût à la vie » après un viol ou un mariage forcé.

Elle mène aussi des actions dans des villages pour qu’aucune jeune fille ne soit contrainte de se marier sans avoir fini ses études et sans en avoir fait le choix ; et s’engage, avec l’aide des ONG, auprès des femmes victimes de Boko Haram dans les régions frontalières avec le Nigéria, où elles sont parfois victimes d’esclavage sexuel.

Emmanuel Macron a salué l’engagement de plus de vingt ans d’Aissa Doumara Ngatansou au service des femmes, mené dans le silence et parfois dans  l’opprobre ».

Rédaction

Laisser un commentaire