Alerte : Des jeunes filles séquestrées à la N’sele pour exploitation sexuelle

Nouveau modis operandi des bandits. Ils ne tuent plus mais exploitent sexuellement leurs victimes.

Des jeunes filles enlevées dans la ville de Kinshasa sont séquestrées dans une villa de la Commune de la N’sele par des personnes non encore identifiées. 

Elles sont enfermées et exploitées sexuellement par des visiteurs en échange d’argent. 

L’une des victimes vient de le dévoiler à POURELLE.INFO

Cette jeune fille qui a requis l’anonymat a été jetée au quartier kingasani dans la commune de Kimbanseke la nuit de dimanche 14 à lundi 15 Mars 2021 puisqu’elle s’est retrouvée enceinte et l’avortement n’a pas réussi. Elle a laissé entendre qu’elle était séquestrée avec d’autres filles depuis plus de 5 mois. 

La petite âgée de 17 ans révolue explique qu’elle a été enlevée un certain jeudi sur la 9ème rue Limete à 18h alors qu’elle rentrée chez elle dans la commune de Matete. « C’était une jeep blanche qui avait à son bord deux dames et un homme qui ont manifesté leur volonté de me déposer à la station vers l’échangeur de Limete, arrivé à la 16ème rue elles ont bloqués les portières et le monsieur qui était derrière m’a mis un mouchoir à la bouche et c’est là que j’ai perdue connaissance… », a-t-elle révélé. 

Elle a précisé qu’elle a ouvert les yeux le jour suivant et s’est retrouvée parmi plus de dix jeunes filles belles. Ces dernières ce sont moqué d’elle. « Elles me disaient bienvenue à la prison, ici on ne parle pas, on exécute juste les ordres de la cheftaine sans poser des questions sinon on te tue », a-t-elle raconté. 

Dans cette maison tout y est. À manger, à boire, les vêtements, la télévision avec un abonnement, un jardin et une piscine. Chacune a droit aux bandes hygiéniques pendant les menstruations.

« Chaque soir, on faisait la fête, il y a des véhicules qui accompagnaient de gens dont nous étions obligés de servir sexuellement de gré ou des forces, avec des yeux bandés. 

Un homme a droit de coucher avec 3 filles, ensuite il paie auprès de la cheftaine, soit en chèque, soit avec de l’argent en espèces », a dit cette victime. 

Cette jeune fille enceinte de 3 mois ignore le lieu exact où elle était enfermée. « Nous étions dans la commune de la N’sele c’est ce que la sentinelle nous a dit un jour, je ne sais pas vous décrire exactement l’adresse parce que même pour me jeter ils m’ont aussi bandés les yeux» précise-t-elle.

Elle remercie le Seigneur pour avoir eu la vie sauve malgré cette grossesse non désirée qu’elle devra assumer. Pour elle, ce bébé est son porte bonheur, car elle ne sait pas ce qui lui arriverait  si elle restait encore dans cette maison de séquestration. « Je demande de l’aide aux autorités de la police et de l’armée de fouiller tous les quartiers de la commune de la N’sele s’il le faut. Il y’a des filles maltraitées, frappées et violées à volonté là bas, s’il vous plaît ne prenez pas ça à la légère, aller sauver ces enfants », a-t-elle imploré. 

La victime invite les jeunes filles à éviter les véhicules luxueux des inconnus. « Même si ce sont des femmes méfiez-vous. Le danger est permanent nous étions avec les filles de plusieurs communes dans cette villa dont Mont-ngafula et Ngaliema », conclut elle. 

Reste à savoir qui est à la tête de cette bande qui se fait de l’argent en exploitant ces filles. La balle est dans les camps de la police afin de démanteler cette bande des malfaiteurs.

Dossier à suivre.

La rédaction 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche #Respecte Moi
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières