50 femmes qui inspirent : Pierrette MBOMBO MUKADI, une femme à la trajectoire fascinante

50 femmes qui inspirent : Pierrette MBOMBO MUKADI, une femme à la trajectoire fascinante

Elle est parmi celles qui se sont affirméesdans l’administration publique de la République Démocratique du Congo.

Son humilité affichée contraste d’ailleursavec son parcours tout aussi élogieux. Il s’agit bel et bien de PierretteMBOMBO MUKADI, Directrice de la Brigade Douanière et Lutte contre la Fraude àla DGDA.

Née un certain 17 Octobre, c’est à l’âge de 14 ans révolu qu’elle quitte son Katanga natal pour Kinshasa la capitale, à la conquête de cette mégapole et de son destin exceptionnel, marqué particulièrement par une carrière professionnelle réussie.

Fidèle à sa foi catholique, elle intègre lelycée Tobongisa, l’une des plus prestigieuse école de la capitale congolaise oùelle fit ses études humanitaires en section commerciale et administrative avecla même ardeur qu’à Lubumbashi.

Ses études de Droit à l’université de Kinshasa qu’elle termine avec succès lui ouvrent d’autres opportunités l’obligeant pratiquement à abandonner sa voie déjà tracée à la magistrature.

Sa propre perception de la justice en est pourquelque chose dans le choix de cette nouvelle orientation.

Major de l’université de Kinshasa en 1989,assistante chargée des cours à la faculté de Droit de l’ex Lovanium, la voilàpartie pour une carrière prometteuse à la douane.

En effet, cette licenciée en Droit engagée àl’OFIDA à l’issue d’un concours est de la troisième promotion des universitairesqui ont révolutionné cet office devenu aujourd’hui Direction Générale desDouanes et Accises DGDA. Pierrette MBOMBO débute comme vérificateur à ladirection du contentieux, en empruntant le passage obligé des douaniers enl’occurrence l’école Nationale des Finances ENF où elle reçoit une formationdouanière, nécessaire pour faire face aux nombreux défis qui se dressent à ladouane.

Ce, avant de gravir pas à pas les échelonstelle une marathonienne. A l’issue d’un concours, elle devient contrôleur, puisau bout de trois ans inspecteur de vérification à la direction provinciale Kinville. Elle est la seule femme à l’époque à occuper ce rang.


Nous sommes en 1997, Pierrette MBOMBO MUKADI a fait ses preuves et a franchitl’étape supérieure. C’est ainsi qu’elle devient sous-directeur à la directionJuridique.

Elle y reste 10 ans avant d’être nommée parordonnance présidentielle en 2001,Directeur à la direction juridique.
Vers la fin de l’année 2006, elle est nommée directeur de la Brigade, unegrande première car depuis la nuit de temps à la douane congolaise ce posteétait réservé qu’aux hommes.  

Quoi de plus normal de la voire mettre enpratique son expérience, son sens de l’innovation au service  d’une direction longtemps considérée comme ungarage plutôt un refuge des cadres en perte de vitesse.

Son passage va changer la donne et redorercette direction d’importance capitale. Les douaniers paramilitaires réalisentdes exploits inouïs sous son commandement.

C’est à la faveur de la restructuration de la douanecongolaise intervenue en 2014 que Pierrette MBOMBO MUKADI est placée à la têtede la méga direction de la Brigade Douanière et Lutte contre la Fraude où ellese sent merveilleusement bien dans son rôle noble de traquer les fraudeurs etautres contrebandiers.

Une mission pour laquelle elle met tout sonsérieux pour assurer la maximisation des recettes de l’Etat. La peur dupolicier est le début de la sagesse pour les fraudeurs et autrescontrebandiers, dit-on.

A la direction de BDLF, cette dame de fer néepourtant avec le cœur sur la main, s’est montrée perspicace et efficace,s’inspirant du célèbre slogan lancé par le directeur général Déo Rugwiza Magera« toujours davantage, aujourd’hui plus que hier, demain plus qu’aujourd’hui ».

Dans cette bataille, elle s’est illustrée parplusieurs actions grâce à une brigade douanière disciplinée qu’elle dirige desmains de maitre.
La saisie des marchandises de contrebande comme cette cargaison  des sacs de ciment gris interceptée le 28Juin 2018 tard dans la nuit. Ce camion au label pain victoire qui aurait dûtransporter des pains mais qui dévoile un autre contenu tout aussiinattendu  aux vaillants douaniers. Ils’agit notamment des ballots des pagnes en provenance de Brazzaville que desfraudeurs de surcroît étrangers veulent faire échapper à la douane. C’estd’ailleurs monnaie courante pour ces commerçants récidivistes.

Il est arrivé aussi à la brigade douanière desaisir des produits psychotropes et stupéfiants en transit en RDC notamment desfeuilles de cat autrement identifiées comme thé somalien ainsi que lesamphétamines très prisés dans les milieux de la drogue.
Et dans certains cas, le numéro 1 de la BDLF n’hésite pas à conduire elle-mêmeles opérations de traque bravant ainsi la nuit, les intempéries et le danger.

L’opération coup de poing mise en œuvre par la DGDA aura été un des pointsculminants de la carrière de Pierrette Mbombo vieille de plus de 20 ans.
Une carrière aussi riche rime nécessairement avec le renforcement descapacités.

Pierrette MBOMBO a participé à des nombreusesréunions, séminaires, formations, colloques formations et autres conférences dehaut niveau notamment au niveau des comités de la lutte contre la fraude del’organisation mondiale des douanes, précisément de 2010 à 2019.

Ces rencontres de haute portée internationalesont entre autres axées sur des thèmes liés à la contribution apportée à lagestion des risques par la lutte contre la fraude, les enjeux de la luttecontre la fraude au 21ème siècle, des activités efficaces contre la fraudedouanière, élément clé pour faire face aux risques qui émergent au planmondial.

En Mars 2013, le directeur de la BDLF prendpart aux assises  autour du thème «retour vers le futur : lutte contre la fraude douanière, compétences etpratiques».

Une année plus tard, elle est conviée àréfléchir sur plusieurs thème notamment : « lutte contre la fraude,indispensable pour gérer efficacement les frontières », «comment sécuriser lesflux commerciaux et mouvements des personnes ».

Pierrette MBOMBO est bien renseignée sur desnouveaux défis à l’ordre du jour sur le plan mondial tels que le terrorisme, leblanchiment des capitaux, la lutte contre la criminalité pharmaceutique, letrafic de la drogue, la traite des êtres humains, le trafic des espècesmenacées d’extinction, la lutte contre la criminalité transfrontalièreorganisée, et la criminalité environnementale.

Véritable globetrotter, elle a parcouru lemonde entier : plusieurs fois en Angola dans le cadre de la lutte contre lafraude et la gestion coordonnée des frontières. Les accords mutuelsd’assistance l’ont également emmené dans plusieurs pays frontaliers comme leRwanda, le  Burundi, la Namibie,l’Afrique du Sud, le Mozambique, le Kenya, le soudan et la Zambie.
Chicago, Dubaï, Bruxelles et de nombreuses capitales européennes et asiatiques l’ont déjà reçu à des multiplesoccasions.

Pierrette MBOMBO MUKADI, originaire du Kasaïorientale, reste attachée à la cause de la femme.

Face aux stéréotypes machos, à ladiscrimination basée sur le genre et aux pesanteurs  culturelles, il faut bien booster le moralede la femme par des actions concrètes et la promotion de la gente féminine.

Grâce à son engagement en tant que présidentede toutes les douanières de la RDC depuis plus de 10 ans, elle s’est fixéecomme priorité le renforcement des capacités des femmes. Chaque année, il enest ainsi, au-delà de la dimension festive.

Déjà en 2018, ce sont les femmes de la régiondouanière du Katanga qui ont été honorées par sa présence. Dans cette quête deparité consacrée par la constitution de la RDC, un point d’honneur est accordéà la jeune fille qui doit être préparée pour assurer la relève.

Dynamique, elle l’est, joviale aussi bienqu’entreprenante, charismatique et ambitieuse, encore plus, Pierrette MBOMBOest l’une des grandes inspirations des femmes congolaises dont le couronnementest sans nul doute le succès et la persévérance.

Elle est un véritable modèle pour des millionsde jeunes filles congolaises qui s’identifient à elle.De quoi être fièred’elle.

Sa motivation passe par cette trilogie : lechangement, l’innovation et les défis à relever.

Pierrette MBOMBO est assurément l’une des rares femmes à avoir brisé les barrières de stéréotypes. C’est ce qui expliquela tenue d’une conférence en 2017 au lycée Tobongisa où elle est issue sur lethème de l’année. Conférence destinée aux élèves du niveau terminal.

Il est établi aujourd’hui que plus de 700millions de personnes meurent chaque année à cause de la criminalitépharmaceutique. Une bonne raison pour Pierrette MBOMBO MUKADI de faire de lalutte contre la contrefaçon des médicaments, une priorité.

Maguy Mbuku Muzembe